CARNALOR La Pêche des Carnassiers
Bienvenue sur le forum de pêche Carnalor.


Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre notre forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.
Forum Carnassier

s'inscrire

Rechercher
Résultats par :
Recherche avancée
Derniers sujets
Petites annonces
Galerie


Juillet 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier


shop
Statistiques
Nous avons 3678 membres enregistrésL'utilisateur enregistré le plus récent est Supra L7Nos membres ont posté un total de 226497 messagesdans 13574 sujets
CARNALOR TV

video peche

3 résultats trouvés pour pechedelatruite

par nightvibes
le Mar 27 Jan 2015 - 17:06
 
Rechercher dans: Pêche de la truite
Sujet: Pêche de la truite en rivière (vosges).
Réponses: 39
Vues: 10002

Pêche de la truite en rivière (vosges).

Dans ce tout nouveau sujet je vais parler de la pêche à la truite en rivière pour changer un peu des brochets. Je vais vous présenter les techniques que j’utilise à quel moment et pourquoi.

 

Préambule :

Avant tout nous allons parler d’histoire. Plutôt que de déterrer un poste de John « vos meilleurs appâts insolites partagez les » que j’avais à l’époque un peu dénaturé je vais reprendre tout depuis le début quitte à m’attirer les foudres des écolos du forum.

 

Léger retour en arrière au début du siècle dernier. Nos paysages vosgiens étaient exclusivement composés de chaumes, les vaches vosgiennes bien connues pour leur robe blanche mêlée de noir vivaient paisiblement sur les côteaux de nos vallons. Les paysans fauchaient leurs prés et entretenaient leur terrain avec un soin tout particulier, il n’y avait que très peu d’arbres ici et là, les sapins ne formaient pas de vastes forêts comme c’est le cas actuellement. Le sol granitique par définition très pauvre était formidablement enrichit par le travail des hommes,  la vie de ses animaux. Les lièvres gambadaient ici et là, la faune était composée d’innombrables espèces, la flore était plus riche que dans un jardin botanique. Afin d’irriguer ses champs le paysan ne perdait pas l’eau et de très nombreuses rigoles parcouraient ses champs transversalement à la pente, il existait un formidable maillage de l’eau qui augmentait ainsi considérablement sa surface et le terrain de jeu des truites. Ces eaux courantes se réchauffant très vite elles accueillaient abondamment vertébrés comme invertébrés de tout type, insectes et autres vies. L’eau ne coulait pas comme c’est le cas désormais uniquement en fond de vallée assombrie et froide comme une chambre de fontaine !!! Les truites étaient belles grandes et grosses sa population était impressionnante. Elles y trouvaient tout ce dont elles avaient besoin, c’était un paradis pour elles…

Mais peu à peu l’homme s’est réuni dans des villes et a délaissé le travail des champs devenu moins rentable, les forêts de sapins ont poussé laissant place à un sol devenu acide et pauvre. L’eau s’est perdue peu à peu le long des routes, dans les terrains créant des zones humides si « chères » aux écologistes mais pourtant si pauvres, des bouleaux ont fait leur apparition démontrant ainsi l’étendue du désastre. La période faste de dame fario était irréversiblement de l’histoire ancienne.

 


Des aménagements sont tentés par les comités de pêche mais jamais nous ne retrouverons ce cheptel. L’évolution est ainsi faite, et à l’échelle d’une vie il est parfois compliqué de le percevoir, d’autres espèces prendront leur quartier et se sentiront bien dans ce nouvel environnement, il  ne s’agit peut être que de simples bactéries mais la vie sera toujours plus forte. Alors je veux finir sur une note d’espoir car c’est lui qui me, qui nous maintient debout.

 

Ceci étant dit revenons à nos farios et aux techniques que j’emploie pour les leurrer. Il en existe beaucoup et je ne les citerai pas toutes. Il y en à sans conteste des plus difficiles à acquérir que d’autres, certaines plus onéreuses et je compte aussi sur vous pour nous les présenter. Je distingue 3 techniques, celle au leurre (cuillère, poisson nageur, leurres souples pour ne citer qu’eux), celle aux appâts naturels (toc, vairon, insectes) et celle à la mouche qui est en fait une hybride. Il y a bien celle à la main mais ne comptez pas sur moi pour vous en donner les ficelles !!!  

 


Le toc



Le toc consiste à présenter un appât de la façon la plus naturelle possible afin de tromper la vigilance d’une truite. Le grammage est la partie la plus importante puisqu’elle va permettre à l’appât de dériver à la profondeur ainsi qu’a la vitesse désirées. Voici comment se compose ma ligne type :

 

Elle est composée d’un bas de ligne d’environ 1m en 12/100éme selon l’encombrement (plus petit pour passer sous les branches et positionner correctement l’appât à l’endroit voulu). Plusieurs plombs composent ma plombée, je préfère utiliser plusieurs plombs plutôt qu’un gros qui va se bloquer facilement dans les cailloux et entraver la dérive. Il faut faire attention à garder un montage équilibré de la sorte qu’au ferrage si le poisson et manqué le bas de ligne ne s’emmêle pas. Allez démêler du 12/100éme avec des plombs au milieu…  Donc respectez un écart égal entre les plombs.

J’ajoute toujours deux plombs au dessus à la jonction du corps de ligne avec le bas de ligne afin de contrarier l’effet du vent qui crée un balancier. Cet ensemble est à faire évoluer en fonction de l’état de la rivière (plus ou moins de courant) et de la taille de l’esche utilisée mais il est valable partout en toutes circonstances.

J’utilise des hameçons que je monte moi même droits très gros pour éviter au maximum l’engamage profond qui va condamner le poisson. N°4 pour le vers, N°6 ou 8 pour les sauterelles noyées, 10 pour la teigne hanneton, mouche naturelle… etc. Je manque beaucoup plus de ferrages avec des hameçons retournés que le poisson sent beaucoup plus facilement et recrache très vite.  Je ne les sors que lorsque je pêche au vif avec des vairons. L’utilisation d’un rigoléto permet de suivre plus aisément la dérive de sa ligne. Personnellement je n’en utilise pas car c’est aussi une source d’emmêlage au moment du ferrage si celui –ci se solde par un échec.

 

La canne télèreglable de 5m minimum est ce que j’utilise le plus couramment, on peut utiliser les cannes anglaises également si ce n’est pas trop encombré.  Je n’ai jusqu'alors pas trouvé de canne à fil intérieur ou le fil coulisse suffisamment bien par temps de pluie.

 

L’approche se veut comme toujours discrète et la pêche se fait idéalement de l’amont vers l’aval en décrivant un arc de cercle avec la canne. C’est une pêche moyennement technique qui permet de pêcher la truite toute l’année en utilisant l’appât le plus présent à un instant T dans ou aux abords directs du cours d’eau.  

 



La pêche au leurre



Très technique dans les petites rivières elle se simplifie lorsque elles  grossissent. Voici les leurres que j’utilise avec succès. Il y a les cuillères Mepps tournantes et ondulantes, la Orkla ondulante, la Vibrax en tournante. Le puncher de Sébile et le countdown de Rapala. Et enfin pour les LS, les gotam et les drop shot minnow de Berkley.

 

Je n’utilise pas de bas de ligne car mes rivières sont petites et en définitive je ne perds quasiment jamais de leurres. Mais faire un bas de ligne permet de ne pas perde trop du corps de ligne et ne pas le fragiliser lorsque l’on s’accroche, le fil va couper au nœud de jonction. Question canne j’aime bien la série mag pro de Mitchell.

 

La pêche se fait soit de ¾ amont qui en définitive vous fera ramener votre leurre à votre hauteur à cause du courant. Elle peut se faire perpendiculairement en gardant à l’esprit qu’il va dériver à nouveau. On peut pêcher en aval et laisser travailler le leurre dans la veine d’eau, mais je n’aime pas procéder ainsi car on néglige la discrétion et on est très facilement repérable.

 

Une pêche que j’apprécie pour son coté traque et parce que l’on abime très peu les poissons ainsi capturés. Une pêche souvent sportive car on marche et se repose moins.


 


La Pêche à la mouche



Il y a un film à voir « et au milieu coule une rivière » avant de vous lancer. Bourré de poésie je vous le conseille vivement.

De loin la plus technique, cette pêche pleine de subtilités est sans conteste ma préférée. Il faudrait des pages entières pour la décrire. Beaucoup d’ouvrages traitent de ce sujet et sans un guide il vous sera difficile d’apprendre sans finir avec des gestes parasites.  La beauté du geste n’a d’égale que sa difficulté, c’est un art c’est un sport que dis-je c’est de la poésie !!! Entrainez vous dans un lac pour commencer et vous verrez que rien ne sert de forcer il faut juste être coordonné, certains n’y arriverons jamais je préfère de suite vous avertir.

 

Les mouches qui fonctionnent de Mars à septembre pour moi sont les culs de canard, il en existe une multitude de différentes souvent on cherche à reproduire la nature et certains sont capables de monter une mouche en quelques minutes au bord de l’eau pour coller au mieux aux gobages ciblés des truites du jour. L’observation à un rôle prépondérant dans cette pêche et il faut savoir s’adapter rapidement sous peine de refus et capots assurés. Mais quand vous avez la bonne c’est le festival !!!

 

Sachez qu’en petite rivière les veines d’eau sont vos alliées mais aussi vos ennemies, si votre soie ne traverse ne serait ce qu’un courant votre mouche va draguer et vous pouvez dire au revoir à vos chances de sortir votre belle que vous avez observé pendant quelques minutes voire quelques jours. Pour contrer ce problème j’utilise ma télèreglable afin de déposer ma mouche devant un caillou, dans un retour ou tout simplement  sur des zones ou l’on ne peut pas fouetter. Un bas de ligne long sans plomb sépare alors la mouche  des 2 plombs de jonction qui se situent sur le corps de ligne, ils sont indispensables pour guider votre mouche et la déposer à l’endroit souhaité. Il nécessite néanmoins de suivre l’évolution de celle-ci  bras tendu afin que les plombs ne fassent pas couler votre mouche ou la fasse draguer. La difficulté consiste à toujours laisser votre mouche libre sur l’eau.

 

L’utilisation d’une nymphe complexifie encore plus la pêche au fouet car il faut être capable de contrôler sa dérive et visualiser rapidement la touche. Du grand art.


 

J’avoue ne pas suffisamment maitriser cette dernière technique, mais je m’y emploie afin d’essayer un jour de vous guider dans cette pêche.

 

Voila donc une petite synthèse qui résume une partie des techniques que j’utilise pour tromper la vigilance de ce superbe poisson, j’ai tenu à ajouter une note d’histoire pour mettre les choses dans le contexte actuel et vous expliquer les raisons de cette évolution. Des endroits magnifiques restent à découvrir et de jolis poissons sont encore bien présents à qui saura les débusquer. Merci d’avoir prit le temps de me lire et j’espère que mes conseils vous seront utiles à l’avenir. N’hésitez pas à réagir sur le sujet et d’y apporter des compléments. Je vous souhaite à toutes et à tous une très belle ouverture 2015.  Pensez à relâcher vos rêves, ils feront plus tard des petits…

 

Maxime,

#pechedelatruite
par Jean-marie
le Jeu 30 Déc 2010 - 7:32
 
Rechercher dans: Pêche de la truite
Sujet: Info sur les montages à vairon pour truite
Réponses: 21
Vues: 10163

Info sur les montages à vairon pour truite

Je recherche des infos sur les montages pour le vairon manié pour la truite , diamètre des bas de ligne en fluocarbone ou pas . Pour les monture casquées , le casque ne doit pas etre bloqué sur le bas de ligne, je crois , taille des hameçons triple 12 et 14 , je pense.

Les casques en plombs et un modèle en alliage avec tube



Les casques en alliage




Les plombs pour réaliser des montures



Et le plus important , la carafe à vairons afin de s'approvisionner




Sur les montages en attachant directement le triple prévu derrière la tete du vairon , peut-on rattacher l'hameçon chance prévu pour la queue avec
une simple boucle coulissant sur le bas de ligne.



                                                               Cordialement

#pechedelatruite
par Eric
le Mar 11 Mai 2010 - 20:57
 
Rechercher dans: Pêche de la truite
Sujet: Truite de surface en plan d'eau
Réponses: 3
Vues: 4230

Truite de surface en plan d'eau

Tout le monde connait le traditionnel montage au Buldo,on a vu qu'il était possible d'utiliser avec succès les bombettes quelles soit flottantes,semi-plongeantes et plongeantes,voyons maintenant comment abordent nos voisins Allemands les truites évoluant au large près de la surface en plan d'eau... Laughing

Ce montage s'adresse aussi à d'autres poissons gobeurs tels que les chevesnes ou les carpes par exemple... Idea



Matériel



La pièce maitresse du montage est constituée d'un système flottant un peu spécial et similaire à la traque du silure mais version mini...il est appellé "Trout Egg" littéralement "Oeuf de truite",il est coulissant sur la ligne et auto-plombé à la base (6g à 20g) et comporte une surface visible (de couleur) et neutre (noire en dessous),les marques telles que Exori,Dam,Balzer etc...proposent des flotteurs similaires Laughing
Il nous faut des petits émérillons de type baril et des billes flottantes de 8 mm (située entre le flotteur et  l'émérillon) à 18 mm (sur le bas de ligne d'1.50 m à 2 m)... j'insiste encore ,elles peuvent être en mousse de couleur comme celles que l'on trouve chez Fox ou en liège (voir rayon carpe),des hameçons adaptés aux appâts que l'on peux présenter aux truites (de 8 à 12) et de petits stoppeurs caoutchouc qui servent à modifier la position de la bille flottante du bas de ligne à la demande (un de part et d'autre de la bille),plus le vent et les vagues seront fortes,plus les billes doivent être grosses pour rendre attractif l'appât.

Voici un lien qui permet de mieux comprendre le montage.



Action de pêche



Une fois les truites repérées,lancer le montage dans leur direction mais au-delà de leurs tenues et le récupérer lentement dans leur direction,si les touches se font attendre,ne pas hésiter à modifier la distance entre la bille flottante et l'appât pour trouver le bon niveau d'évolution des poissons dans la couche d'eau,bien évidement dans le cas de la pâte flottante celà ne change rien Laughing Compte tenu que c'est une pêche à vue,une bonne paire de polarisante est bien utile Idea

Amusez-vous bien Exclamation  Wink

@+Eric

#pechedelatruite

Sauter vers:

video peche